A Night Without Stars (et Kali)

« A Night Without Stars » (Une nuit sans étoiles) – une invasion rétro-futuriste qui tombe du ciel!

J’ai bien aimé « A Night Without Stars » (Une nuit sans étoiles), le dernier roman SF de Peter F Hamilton.  On y trouve un mélange de S-F, horreur et roman policier très intéressant.

C’est la suite de « L’Abîme au-delà des rêves », où on voit comment une société bloquée à la révolution industrielle combat une invasion extraterrestre avec un peu d’aide de l’extérieur. Ces créatures, les « Fallers », font tomber des « œufs » du ciel qui absorbent ceux qui y touchent pour les copier, afin d’infiltrer et conquérir ce monde. On peut donc assister à des scènes excitantes et bigarrées comme:

  • Des avions primitifs à hélices qui attaquent des œufs tombant du ciel (et des vaisseaux Prime!) à coup de mitrailleuses Gatling et de bombes atomiques relâchées par un générateur de wormholes.
  • Des astronautes qui utilisent des capsules de style Soyouz pour attaquer les structures extraterrestres cristallines en orbites responsables des œufs.
  • Des rescapés du Commonwealth qui utilisent leurs nano-implants et connaissances technologiques pour combattre la menace Fallers tout en se cachant de la Gestapo fanatique d’un gouvernent totalitaire de style communiste.

Ce livre s’inscrit dans la continuité de la saga du Commonwealth (débutée par « L’étoile de Pandore ») et de la trilogie du vide. On y voit une réelle convergence des thèmes, personnages et créatures, avec le retour de Paul Myo et les terribles Primes! En fait, ça ressemble à une véritable fin de cycle.

Ce que j’ai trouvé le plus intéressant était le mélange de technologie du XXe siècle avec la technologie hyper avancée des immortels du Commonwealth, la croissance accélérée d’un bébé clone jusqu’à l’âge adulte, et ces fameux Fallers qui sont aussi terrifiants qu’intelligents.

J’ai été moins captivé par l’enquête policière qui sert de trame principale, mais c’est probablement parce que je ne suis pas un fan de ce genre.
C’est néanmoins le livre que j’ai le plus apprécié de tout le cycle du Vide. Pour les débutants, je recommande tout de même de commencer par « L’étoile de Pandore ».

FICHE DESCRIPTIVE

Voici la quatrième de couverture du livre:

LIENS

Publié par

Thierry Gagnon

Écrivain, chroniqueur et producteur de jeux vidéos.

Laisser un commentaire