Voiture ensevelie sous la neige (allégorie)

Sortir de l’hibernation – reprendre l’écriture après plusieurs mois

C’est le printemps et on dirait que je suis en train d’émerger de mon hibernation d’auteur… Je n’avais pas touché à l’écriture de mon prochain roman depuis environ novembre dernier, il y a environ 4 mois, délaissant du même coup la promotion de Kimiko aux Enfers, le volume précédent. Durant cette période, je me demandais chaque jour si j’allais enfin me remettre à l’écriture, mais le coeur n’y était pas. Zélos, le dieu du zèle et de la motivation m’avait abandonné!

Je suspecte que notre rude hiver québécois y est pour beaucoup dans cette période d’inactivité, avec son ciel gris, ses bancs de neige, sa « sloche » brunâtre, et ses -20, -40 degrés Celsius. Je sentais le besoin de m’envelopper dans une coquille protectrice et de garder mes énergies pour mon travail (producteur de jeux vidéos) et ma famille.

Autre facteur important, Kimiko aux Enfers avait reçu une série critiques négatives par des lectrices déçues. J’avais jusqu’alors pris l’habitude de recevoir des critiques élogieuses et positives et j’étais mal préparé pour accuser le coup, même s’il est normal de ne pas plaire à tout le monde. Malgré mes efforts de tourner ces commentaires en leçon positive, tout cela eut un impact négatif sur ma motivation, car ces critiques faisaient écho à mes propres insécurités.

Normalement, quelques critiques n’auraient pas suffi à me bloquer si ce n’était que j’avais aussi rencontré plusieurs problème majeur dans la structure de mon histoire. J’avais entrepris un chapitre charnière où la relation entre Zeus et Héra venait au premier plan. Malheureusement, suite à des recherches plus approfondies, je me suis rendu compte que mon interprétation de leur couple était bien loin de la marque (en fait totalement à l’inverse!) et cela remettait en question la direction que j’avais entreprise. D’autres problèmes structurels et thématiques de mon histoire devenaient aussi de plus en plus difficiles à ignorer (certains en lien avec les critiques du volume précédent).

Dans le doute, j’ai sollicité l’avis de quelques amis, incluant mon coscénariste, Mathieu Pigeon, à qui j’ai fait lire les chapitres écrits à ce jour. Leurs commentaires ont confirmé mes craintes et je dois à présent contempler la réécriture complète du chapitre en cours et appliquer des ajustements importants aux autres. Il est déjà difficile d’écrire. Il est encore plus difficile de réécrire.

Étant diffusé par une petite maison d’édition, la portée de la promotion de Kimiko aux Enfers demeurait très limitée. Les efforts que je devrais déployer par moi-même pour promouvoir mon livre dépassent mes capacités, et me découragent.

Tous ces facteurs semblent avoir créé une « tempête parfaite», faisant en sorte que la tâche me paru soudainement trop intimidante. Ayant déjà subi deux épisodes d’épuisement professionnel dans le passé, je dois ménager minutieusement ma charge de travail et mon stress afin de ne pas faire de rechute. Ma carrière d’auteur n’étant pas une source de revenu crédible, je devais prioriser les autres sphères de ma vie.

Mais maintenant que les jours s’allongent, que la température se réchauffe, je me sens tranquillement sortir de ma coquille. De toute évidence, je peux maintenant contempler l’écriture d’un texte comme celui-ci – une tâche qui m’aurait semblé trop ardue il y a à peine une semaine. J’ai aussi commencé la révision des chapitres existants où, petits pas à petits pas, j’applique les recommandations de mes copains.

Je suis heureux de voir que Zélos est revenu me visiter. Peut-être qu’il restera assez longtemps pour me donner le zèle de continuer mon oeuvre! Je ne m’attends pas à reprendre mon rythme de croisière immédiatement, mais si je peux sentir que mon livre avance, même d’un petit peu, chaque semaine, j’en serait satisfait.


PS: : un gros merci du fond du cœur à tous ceux qui ont lu mon roman, particulièrement à ceux qui l’ont apprécié, mais aussi aux autres. De tous les choix de divertissements qui s’offrent à nous, lire un roman demeure une des options qui demandent le plus de temps et de concentration. Je sais que ce n’est pas un choix facile pour un lecteur de s’investir autant dans le livre d’un auteur inconnu. Je suis touché chaque fois qu’une personne prends la décision de lire un de mes romans, et je continue de considérer comme un grand honneur lorsqu’un lecteur prends la peine de rédiger un avis sur sa lecture.

Je dois aussi de grands remerciements à tous ceux qui m’ont encouragé en personne ou sur Facebook. Vos « J’aime », vos partages, et vos commentaires continuent de m’encourager et d’assurer que vous verrez un jour la suite des aventures de Kimiko, Prométhée, et Hermès! 🙂

Kimiko aux Enfers est disponible en format numérique et papier.  

Crédit photo: Thierry Gagnon

2 réflexions au sujet de « Sortir de l’hibernation – reprendre l’écriture après plusieurs mois »

  1. Le Printemps est une belle chose s’il peut nous permettre d’avoir la suite de Kimiko aux Enfers plus rapidement 🙂 Il ne faut pas se laisser décourager car malgré tous ces facteurs, Kimiko aux Enfers est un très bon livre. Vous mériteriez d’être édité dans de grandes maisons d’éditions tant votre talent de conteur et l’univers que vous avez créé sont admirables ! Nous n’avons pas l’habitude d’apprécier la littérature « grand public » et commercial donc notre soutien n’est peut-être pas le meilleur mais en tant que passionnés de littérature classique, historique et de récits de voyage, nous sommes totalement fans de votre histoire et de votre style. Ne lâchez rien, le talent saura être reconnu en temps voulu et j’espère de tout coeur que la chance (car elle a son importance) va se décider à apporter son grain de sel! Nous restons à votre disposition pour relayer vos écrits et vos avancées ! Bonne continuation !

    1. Merci milles fois pour ces encouragements qui me touchent au fond du coeur. Le support des Plumes Baroques est important pour moi justement parce que vous portez tant attention à la littérature classique. Un jour je trouverai le moyen de dénouer (ou trancher) le nœud gordien qui s’est dressé sur mon chemin et je pourrai enfin partager la suite des aventures de Kimiko, Prométhée et Hermès! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *